Les mystères du petit tuyau en bambou

Les mystères du petit tuyau en bambou

 

3 fèvrier 1504

Aujourdh’hui j’ai inventé un nouvel engin à tondre l’herbe et je lui ai donné mon nom. La tondeuse “Léonardo” a l’apparence d’une petite caisse à roulettes. Dans cette caisse on place trois lapins terriblement affamés, de façon que leurs petits museaux puissent sortir des ouvertures pratiquées dans le fond de la caisse. Contraints par la faim, les lapins se mettent à dévorer l’herbe fraîche, tandis que le propriétaire du gazon ne fait que pousser doucement la caisse en avant et en arrière. Génial! Evidemment, if faut changer les lapins de temps en temps pour éviter que leurs petits ventres n’éclatent. Selon mes calculs, neuf lapins suffiraient largement pour tondre dix ares d’herbe de longueur moyenne.

14 fèvrier 1504

Aujourd’hui j’ai bosse dur pendant pres de 13 heures et je suis rentre chez moi creve. Mais voila que ma petite amie Claudia avait prepare du poulet au riz, s’etait habillee de maniere excitante, et s’ecria: “C’est la Saint-Valentin aujourd’hui!”. J’avais completement oublie, mais il a fallu feter. J’ai casse la croute en vitesse et Claudia m’a traine dans la chambre a coucher. Et la – des bougies allumees, des batons d’encens exhalant leurs vapeurs – pur erotisme paysan.

Toutefois, mon penis se comporta de maniere peu respectueuse envers la fete et refusa categoriquement de se lever malgre les efforts de Claudia.

Il fallait sortir de cette situation. Voila un defi a mon esprit ingenieux. D’une chaise treillis se trouvant pres du lit, j’ai arrache un petit tuyau en bambou, que je plongeai doucement, soigneusement dans la fleur meme de la passion de Claudia. Elle commenca a gemir, ca lui plut. Je me mis a tourner le petit tuyau et, quelques minutes plus tard, le corps de Claudia fut secoue par un orgasme plein de gratitude.

Le petit tuyau en bambou de Leonardo la fit heureuse.

17 fevrier 1504

Aujourd’hui, me trouvant desoeuvre, je me mis a perfectionner mon petit tuyau d’amour. Mon idee est de le concevoir de facon que l’engin puisse se mouvoir tout seul, sans l’aide de la main.

J’ai attrape une abeille que j’introduisis dans le tuyau en bambou. Apres, j’ai bouche les deux bouts du tuyau avec deux petits bouchons en liege et je le secouai. L’abeille fut prise de panique et se mit a bourdonner la-dedans, ce qui provoqua une legere vibration du tuyau. Voila ce qu’il me faut. Pourtant, l’abeille se calma bientot et cessa de bourdonner. Il m’a fallu secouer le tuyau de nouveau. C’est un probleme que je dois eliminer.

18 fevrier 1504

J’ai trouve! J’ai introduit dans le tuyau deux abeilles hostiles l’une envers l’autre. Elles se sont mises aussitot a se bagarrer, assurant ainsi une vibration continue du tuyau pendant environs 20 a 25 minutes (assez de temps pour faire le bonheur de toute femme). Le seul risque, c’est que les bouchons peuvent sortir, ce qui pourrait mener a des piqures dont il s’ensuivra des reclamations epouvantables.

15 avril 1504

Mon vieux copain du service militaire, Francesco di Bartolomeo del Giocondo, m’a commande de faire le portrait de son epouse Mona Lisa. Je me demande comment cette idee a bien pu lui venir a l’esprit. Je m’imagine qu’il cherche a la faire sortir de la maison un peu pour ne pas avoir a regarder sa figure bete toute la journee.

Mona Lisa est une florentine maussade typique. Toujours renfrognee et faisant grise mine. Elle est assise devant moi et me regarde avec une hostilite! – on dirait que je lui ai empoisonne les poissons. J’essaie par tous les moyens de la derider. Je lui raconte des histoires droles, je fais des grimaces, tandis qu’elle me contemple d’un regard parfaitement con de femme qui a fait un marriage par interet.

 

On ne fait pas un portrait avec un tel modele. Aujourd’hui, elle est venue, elle s’est assise et a encore commence a me devisager de son regard morose; cette fois, j’ai voulu la provoquer. J’ai pris le tuyau en bambou, je suis alle a la ruche et j’en ai pris les abeilles les plus feroces. Les ayant fourrees dedans, j’ai bouchonne le tuyau et l’ai porte a Lisa.

– J’ai un cadeau pour vous, signora. C’est un bijou provenant de l’Egypte antique. Il porte le nom ‘Sceptre de Cleopatra’. Aux temps jadis, seules les reines avaient le droit de jouir de cet object sacre, qui vous apportera une felicite indicible.

– Comment ca marche?

– Vous devez le poser a l’endroit ou seul votre mari a libre acces.

– Dans son coffre-fort?

Elle est d’une rare betise, celle-la.

– Ha-ha, signora, pas dans son coffre-fort. Posez-le dans la rose epanouie de vos desirs.

– Dans le jardin? C’est plein de roses, le jardin. Quelle rose exactement? Putain d’imbecile! Comment lui expliquer?

– Mettez-le dans ce passage etroit entre vos jambes qui vous procure l’amour et la passion. – Je dois le mettre dans mon con?

– Accidenti, oui, dans votre con!

– T’aurais du le dire plus tot, Leo, au lieu de me parler de roses et de passages!

 

Et sans meme se lever de la chaise, Mona Lisa releva ses jupes, enleva sa culotte et fourra brusquement le tuyau en bambou dans le sombre bosquet de sa nature feminine.

– Et qu’est-ce que je fais maintenant?

– Rien. Tenez-vous ainsi, tandis que je fais votre portrait.

Mona Lisa assuma de nouveau le visage inexpressif de comptable en proie a l’ennui, et moi, je saisis le pinceau. Dans quelques minutes, un sourire enigmatique, a peine visible, effleura son visage. Je suppose que c’etait la la manifestation la plus extreme d’emotion qui lui fut jamais advenue.

Je me jetai dans la peinture a corps perdu, afin de fixer sur le tableau ce moment sublime. Mais bientot son sourire s’assombrit.

– Ca ne bourdonne plus. Qu’est-ce que je fais maintenant?

– Sortez le tuyau et secouez-le.

Sans la moindre gene, elle ecarta ses jambes et sortit le tuyau. Elle le secoua mais sans resultat: les abeilles etaient mortes.

– Vous avez un bon petit engin, Leo. Ca m’a plu. Mais c’est trop mince. Vous n’avez pas quelque chose de plus epais?

– Je pourrais en faire…

– Et enveloppez-le d’un boyau de porc. Le contact du bois me fait tressaillir au debut.

2 mai 1504

Aujourd’hui j’ai brise un miroir. On dit que ca porte malheur, mais je ne suis pas supersticieux et j’ai decide d’utiliser les morceaux de quelque maniere. J’ai pris une vessie de porc et j’ai colle des morceaux de miroir sur toute sa surface. Je suis sorti dans la cour et j’ai fait tourner cette sphere miroitante. Les rayons du soleil tombaient dessus, et la sphere tournante jetaient en tous sens des eclats de lumiere. Je continuais de la faire tourner ainsi pendant une demi-heure et, soudain, je me sentis tres triste. Au lieu de m’occuper de grandes ?uvres, je m’emploie a coller des morceaux de miroir sur une vessie de porc! Est-ce cela la mission du genie? Je jetai la vessie miroitante dans le jardin et me mis a pleurer.

30 novembre 1504

J’ai honte a l’admettre – pendant mes heures de loisir je brode des tapisseries. Je sais que ca a l’air pede, mais ca me calme les nerfs. La j’ai decide de torchonner “La Cene”. Un sujet complique, avec des fils multicolores – la panolplie des techniques varie du feston jusqu’au tissu a chevrons et au noeud francais.

Cette enterprise est completement non-commerciale. Tout simplement, j’ai la flemme de peindre les sales murs de mon domicile, et je prefere les cacher derriere de petites tapisseries

7 janvier 1505

J’ai appris a reprendre des mailles. Ici, a Florence, les collants coutent cher et sont de mauvaise qualite. Un pet un peu plus fort et les voila dechires.

Depuis que j’ai mis l’enseigne “reprise de mailles” devant mon atelier, je suis comble de commandes. Toutes les dames nobles affluent chez moi. Ce travail m’excite. Chaque collant garde l’odeur de celle qui l’a porte. Chaque cliente laisse chez moi non pas simplement un article de lingerie mais aussi une partie de ses secrets. C’est formidable.

Louise a une maille au milieu de l’entrejambe. Elle rougit en m’apportant son collant et me raconte que, pendant un souper avec Ser Antonio, repas qui donnait a esperer, mais qui s’avera sans resultat, excitee, elle avait passe son doigt a cet endroit entre ses jambes et son ongle longue a fini par dechirer le tendre tissu du collant.

Je vois que, de repreneur de mailles, je deviens preneur d’histoires.

15 janvier 1505

Mona Lisa continue a poser pour moi et, maintenant, a chaque fois elle veut son petit tuyau. Elle me demande meme si elle peut me l’acheter. J’ai repondu que le tuyau n’etait pas a vendre, mais que, si elle souriait pendant que je faisais son portrait, je lui en ferais cadeau quand le portrait serait acheve. A cet instant un bonheur authentique se dessina sur sa figure. Ah! les femmes, il leur en faut si peu!

19 janvier 1505

Aujourd’hui j’ai eu la visite d’Antonio, un camarade de classe du lycee de Vinci. On ne s’etait pas vus depuis des annees; nous nous sommes assis dans le jardin, nous avons bu du vin, nous avons raconte nos souvenirs. Antonio n’etait pas un bon eleve, mais, parait-il, maintenant il est devenu DJ, il a ouvert sa propre discotheque, et il gagne bien.

Tandis que nous buvions et parlions des nanas qu’on draguait autrefois, Antonio commenca a s’enerver et a agiter ses bras devant ma figure, comme si une abeille l’avait pique. C’est que le soleil se refletait dans la vessie miroitante et envoyait des eclats de lumiere dans le visage de mon ami. Je lui ai raconte l’histoire du miroir brise et, d’un coup, il me demanda si je pouvais lui vendre la vessie. J’ai pense qu’il se moquait de moi. A quoi cette bagatelle pouvait-elle lui servir? Il repondit qu’il l’accrocherait au plafond de la discotheque et l’illuminerait; ainsi, la vessie tournerait en rond et enverrait des eclats de lumiere dans les figures des danseurs. Ce serait tres plaisant, il dit.

Moi, je ne voyais rien de plaisant dans cette idee, mais Antonio me dit que les gens qui frequentaient les discotheques etaient des jeunes le plus souvent ivres qui se rejouissaient de n’importe quel object, a condition qu’il fut completement depourvu de sens. Je lui ai fait cadeau de la vessie. Je ne peux pas me faire payer une chose qui n’est d’aucune utilite pratique.

24 janvier 1505

J’ai acheve le portrait de Mona Lisa. Francesco di Bartolomeo del Giocondo est venu le prendre dans mon atelier et m’a paye trois fois plus que la somme convenue. – Leo – me dit-il. – Tu as reussi un exploit. Non seulement as-tu fait le portrait de ma femme, mais tu l’as fait sourire.

Je ne lui ai rien dit au sujet du petit tuyau. Qu’il pense que tout est le fruit de mon talent artistique.

3 fevrier 1505

Apparemment Mona Lisa s’est vantee devant ses amies du petit tuyau en bambou. Des femmes m’appellent sans cesse de toute part pour commander des tuyaux semblables. Certaines m’en commandent meme deux. Mais ou trouverais-je tant d’abeilles, je ne sais point. Mon cellulaire a ete bloque par tant d’appels et j’ai du aller a Firenzephone pour savoir le code PUK.

On me l’a donne. Le code pour le village de Vinci comporte quatres zeros.

18 avril 1505

La tapisserie “La Cene” est achevee. A vrai dire, elle n’est pas de mes meilleures. Il lui manque l’eclat de coloris que j’ai reussi dans ma “Buffles tristes au lever du soleil”, on n’y voit pas non plus le jeu mysterieux du clairobscur qui a rendu celebre ma “Cigognes boiteuses dans un champ de mais”. Mais celle-ci n’est pas mal non plus. Je l’ai accrochee dans la cuisine – apres tout, le sujet est culinaire, n’est-ce pas?

7 juillet 1505

Mon hamster ne cesse de sautiller comme un fou pendant toute la journee, dans sa planure de bois. Mais d’ou prend-il toute cette sacre energie? Je dois utiliser son energie de quelque facon. Je lui ai fait une roue, que j’attachai au cote gauche de sa petite caisse.

Le hamster entra dans la roue sans que je l’y pousse et commenca a la tourner effrenement. Il la tournait a grande vitesse des heures entieres. A l’autre bout de l’essieu j’ai monte une helice et, ainsi, j’ai obtenu le parfait ventilateur, qui me rafraichit par les chauds apres-midis florentins.

8 juillet 1505

Aujourd’hui le hamster fit tourner la roue pendant 4 heures sans arret. J’ai failli prendre froid a cause de la ventilation. J’enlevai l’helice du ventilateur et, a sa place, j’ai mis une brosse a chaussures. Cet engin me fait un plaisir fou. Tu n’as qu’a mettre tes chaussures sous la brosse et elle te les fait briller. Mais plus tard j’en ai eu marre de ce jouet aussi, j’ai enleve la brosse et, a sa place, j’ai mis une cuillere pour battre les blancs d’?uf. En moins d’une minute de course dans la roue, le hamster a transforme les ?ufs en mousse legere comme la neige.

Je suis tres enthousiasme par cette invention. Je suis fiere d’avoir maitrise l’energie du hamster pacifique et de l’avoir attelee au service de l’humanite! J’ai couru au magasin d’animaux et j’ai achete deux hamsters. Ensuite j’ai monte trois roues dans la petite caisse et, maintenant, elle est un ventilateur d’un cote, une brosse a chaussures de l’autre, et une batteuse d’?ufs du troisieme. J’ai invente un nom pour la caisse: appareil d’hamster polyfonctionnel d’application universelle, dont l’abbreviaton est “polyhamuniapp”. Ce mot ressemble au nom d’un medicament contre les oreillons, mais un appareil complique doit avoir une appellation compliquee.

15 juillet 1505

L’un des problemes les plus desagreables auxquels je dois faire face dans ma vie quotidienne, c’est le moment ou je me precipite dans les chiottes, pousse par un grand besoin; et alors, au moment meme ou je m’accroupis et donne un soupir de soulagement, je vois, en regardant a gauche, qu’il ne reste plus un seul morceau de journal sur le clou.

En principe, cette methode de ‘journal sur le clou’ est loin d’etre parfaite. D’abord, on a beau les chiffoner, les morceaux de papier de journal restent toujours durs; et deuxiemement, ils vous laissent souvent des taches d’encre d’imprimerie sur les fesses. D’ailleurs, ce clou, auquel le papier est accroche, il est rouille, et l’on peut se piquer par megard, attraper le tetanos, et quitter ce monde rien que pour avoir chie.

J’ai donc elabore un mecanisme base sur le petit tuyau en bambou, que nous connaissons fort bien deja. En prenant un tuyau en bambou de longueur 15 centimetres, j’ai passe un fil de fer le long du tuyau et j’ai attache les deux bouts de fil, qui sortaient du tuyau, au mur des latrines. Ensuite j’ai decoupe le journal en rubans, largeur 15 centimetres, et j’ai enroule le ruban autour du tuyau, produisant ainsi un epais rouleau de papier.

Quand vous avez satisfait a vos besoins, vous n’avez qu’a tirer sur le bout du rouleau, et le papier, se deroulant facilement, est a votre disposition.

Que c’est simple, mais que c’est genial!

11 aout 1505

Antonio m’a invite a sa discotheque. Je n’etais pas entre dans une discotheque depuis mes annees d’ecole. Cet endroit m’a plu. Il y avait de jolies filles, ivres et ouvertes. La vessie miroitante pendait du plafond et tournait, tandis qu’Antonio l’illuminait d’une lampe de poche. Les jeunes filles hurlaient de plaisir. Quelle sottise que cette vessie, et pourtant, quel effet formidable! Cela me fait penser que la betise est le chemin le plus court pour gagner les c?urs des belles femmes. Parle-leur des etoiles, de la poesie, de la philosophie, et elles te repondront par des baillements d’ennui. Mais des qu’on leur montre une vessie de porc tapissee de morceaux de miroir, leurs jolies yeux commencent a etinceler d’excitation joyeuse.

Les emotions chauffaient a blanc quand Antonio annonca dans le microphone: “Les copains, cette soiree est vraiment tres speciale, car nous avons parmi nous l’inventeur du discosphere, mon bon copain Leonard de Vinci. La prochaine chanson est dediee au compere Leonard, inventeur, de toute nenette le tombeur!” Et il m’illumina avec sa lampe de poche. J’ai cru que j’allais m’evanouir de honte. Mais je n’avais pas le temps d’aller jusqu’au bout de ma honte, car aussitot deux nanas chouettes se collerent a moi et commencerent a frotter leurs nichons et leurs petits culs contre mon corps comme si j’etais une barre de striptease. Leurs yeux brillaient de profonde gratitude et de ravissement, car j’etais le grand inventeur de la vessie de porc tapissee de morceaux de miroir.  

КОМЕНТАРИ

Коментара


Вашият коментар

Този сайт използва бисквитки (cookies), за да Ви предостави възможно най-доброто потребителско изживяване. Ако продължите да използвате сайта, то вие сте съгласни с това. Научете повече

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close